Des élus à votre écoute
Header

Enquête publique sur le PLU : nos observations (1/3)

juin 26th, 2017 | Posted by admin in Environnement | PLU | Urbanisme

Après les débats en conseil municipal, le projet de révision du PLU de Saint-Cyr-l’École a été soumis à enquête publique, du 4 mai au juin 2017. Notre groupe a déposé des observations à l’enquêteur, afin que nos préoccupations – pour l’essentiel concernant l’urbanisation, la qualité environnementale et les mobilités – soient prises en compte et permettent d’amender le projet de nouveau Plan Local d’Urbanisme.

1/3 – Les logements et la densification de la commune ; le zonage.

LOGEMENTS ET DENSIFICATION

Le trait marquant du projet de PLU est la densification accrue d’un ensemble de zones au cœur de la ville. Notre commune n’échappe pas aux importants besoins en logements en Île-de-France et doit naturellement prendre sa part. La consommation de l’espace doit également être maîtrisée, l’étalement urbain étant la cause d’un régulier grignotage de nos terres naturelles, agricoles et forestières qu’il convient de limiter et source de surcoût de nos réseaux (transports, fluides, etc.)

Saint-Cyr-l’École a participé ces dernières années et participe encore activement au développement de l’offre de logements. De 14 566 habitants en 1999 (chiffre de « population municipale », hors « comptée à part »), la commune passe à 17 590 habitants en 2008 pour compter aujourd’hui 18 344 Saint-Cyriens. Le recensement, fractionné sur plusieurs années, ne rend d’ailleurs que partiellement compte de cette évolution, la commune comptant probablement près de 20 000 habitants et se préparant à en accueillir davantage avec la réalisation du quartier Charles-Renard. L’évolution démographique sur la période est de 4,28% par an en moyenne contre 3,16% pour la région Île-de-France. Les objectifs fixés à travers ce projet de PLU, soit 157 logements par an en moyenne sur une douzaine d’années, dépassent largement les objectifs fixés par l’État à 130 logements par an.

L’effort en construction de logements se comprend tant qu’il n’est pas excessif. La qualité de vie sur la commune dépend en partie des services et équipements publics ainsi que des infrastructures (routières notamment) qui risquent de ne pas évoluer au rythme imposé par les constructions de logements et créer un déséquilibre, au préjudice des nouveaux et anciens habitants.

Nous prônons donc une évolution du PLU vers une modération dans l’urbanisation.

LE ZONAGE

Allée royale de Villepreux

L’allée royale de Villepreux fait l’objet d’une réhabilitation menée par la communauté d’agglomération Versailles Grand Parc. Elle inscrit sur notre territoire – tout particulièrement le territoire saint-cyrien – la « grande perspective » voulue par André Le Nôtre depuis le château de Versailles, qui prolonge le Grand Canal pour s’étendre jusqu’à la commune de Villepreux.

La zone devant accueillir l’allée est classée « N » dans le plan de zonage. Compte tenu de la vocation particulière de cette voie de 80 mètres de largeur traversant le nord de la commune, des aménagements prévus (cheminements doux, transition entre des zones agricoles et de circulation, touristiques ou de loisirs) ainsi que des contraintes environnementales (respect de la perspective historique tant dans l’emplacement que dans les essences des arbres, dégagements de vues, etc.), nous souhaitons qu’une zone spécifique soit prévue pour intégrer les principales prescriptions imposées à ces parcelles.

Par ailleurs, l’allée royale de Villepreux apparait, selon le plan considéré du PADD, tantôt bornée par l’A12 d’un côté et la voie de la future Tangentielle ouest de l’autre, et tantôt continue entre la commune de Fontenay-le-Fleury et le Parc de Versailles. Il convient d’affirmer le tracé, notamment au-delà de l’autoroute A12 en vue du prolongement de l’Allée royale vers Villepreux.

Square Anatole France

Le square Anatole France est rattaché en zone UE dans l’actuel PLU, avec des règles qui n’interdisent pas les constructions mais les rendent dans les faits peu envisageables (constructions à 8 mètres au moins de l’alignement pour les immeubles collectifs, etc).

Dans le projet de révision du PLU, le square passe en zone UAa c’est-à-dire en zone la plus densifiée. Sur cette zone le projet de règlement prescrit une hauteur maximum de 15 mètres au faîtage des bâtiments lorsque qu’ils reçoivent au rez-de-chaussée des locaux destinés au commerce, au bureau ou aux services publics ou d’intérêt collectif.

Il nous semble préférable de consacrer la vocation de ce square en conserver au minimum les restrictions actuellement en vigueur ou, idéalement, en classant les parcelles comme des zones vertes non constructibles (la protection règlementaire par le PLU pourrait être étendue aux jardins et plaines de jeux).


Autres articles sur l’enquête publique concernant la révision du PLU :
1/3 – Les logements et la densification de la commune ; le zonage.
2/3 – La qualité environnementale.
3/3 – Les mobilités.


Retrouvez nos derniers articles sur le PLU de Saint-Cyr-l’École.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Both comments and pings are currently closed.