Des élus à votre écoute
Header

Pour une piscine intercommunale

juillet 6th, 2016 | Posted by admin in Piscine | Services publics | Versailles Grand Parc

Le rapport annuel d’activités du centre aquatique de Saint-Cyr-l’École pour l’année 2015 a été présenté lors du conseil municipal du 29 juin 2016. Équipement largement ouvert sur les communes voisines (les Saint-Cyriens ne représentent que 28% des entrées), mais payé par les habitants de la commune, la question de sa gestion au niveau intercommunal se pose.

LE CENTRE AQUATIQUE DE SAINT-CYR-L’ÉCOLE, EN CHIFFRES

Ouvertures

La piscine est ouverte au public 46,5 heures par semaine durant les périodes scolaires et de 64 à 66 heures en périodes de vacances (selon la saison). 14 heures sont réservées pour les scolaires, à raison de 6 heures pour Saint-Cyr (ces créneaux ont été réduits pour faire de la place aux scolaires des autres communes), 2 heures pour Bois-d’Arcy, 2 heures pour Fontenay et 2 heures pour le collège. Les associations occupent 13,25 heures par semaine.

Fréquentation

Le centre totalise un peu plus de 150 000 entrées sur l’année 2015. Le public représente 64% des entrées (98 432 entrées), les scolaires 12,6% (19 462), les activités 14% (21 579) et les associations 3,8% (5 900). Le complément provient des entrées sauna/hammam ou des centres aérés.

Les Saint-Cyriens sont minoritaires dans les entrées : les habitants de la commune représentaient 32% des entrées en 2014. Ils ne représentent plus que 28% sur l’année 2015.

Le résultat financier

Un centre aquatique est difficilement rentable et, quel que soit le mode de gestion retenu, la collectivité prend à sa charge le déficit. La commune finance ainsi un service public rendu aux habitants, que ce soit aux scolaires (l’apprentissage de la nage fait partie du programme), aux jeunes ou aux moins jeunes pour les loisirs ou la pratique sportive. Des activités associées sont proposées, comme le sauna ou l’aquagym.

Pour l’exercice 2015, les recettes du centre étaient de 920 170 €, contre 1 136 340 € de dépenses. Soit un résultat déficitaire de 216 340 € (320 400 € en 2014).

Rémunération du délégataire

Le délégataire (Vert Marine) est rémunéré avec une base annuelle fixe (62 710 € HT) et une part variable basés sur les résultats de l’exercice. En cas d’amélioration du résultat par rapport aux résultats prévisionnels, le délégataire touche en supplément 40% de l’amélioration constatée. Pour l’année 2015, le résultat prévisionnel était d’une perte de 258 500 €. Le résultat constaté étant de -216 340, l’amélioration de 42 160 € se traduira par une part variable de rémunération de 16 854 € s’ajoutant à la base annuelle fixe (total 79 574 €).

VERS UN CENTRE AQUATIQUE INTERCOMMUNAL ?

Comme nous l’avons vu, les Saint-Cyriens représentent 28% des entrées au centre aquatique. Celui-ci reçoit donc en majorité un public « extérieur ». Des accords tarifaires ont d’ailleurs été conclus avec les communes de Bois d’Arcy, Fontenay-le-Fleury puis Élancourt.

Un coût partagé ?

Ce partage soulève plusieurs questions. D’une part, le nombre de créneaux réservés aux scolaires de notre commune, qui doivent rester compatibles avec les besoins d’enseignement. Ils sont passés de 8 heures à 6 heures par semaine, pour ouvrir 2 heures par semaine à Bois d’Arcy. Globalement, c’est la question du dimensionnement de la piscine qui est posée : le centre a été bâti par et pour une commune mais est désormais ouvert à un public beaucoup plus large.

D’autre part, le financement du centre est questionné. Une piscine, c’est un coût de construction, un coût annuel de fonctionnement, puis des coûts de mise aux normes. La plupart des petits travaux sont intégrés au coût de fonctionnement mais des opérations importantes, comme des ravalements ou des travaux lourds peuvent être à financer. Qui paye ?

Construite pour une commune, ce sont les Saint-Cyriens qui ont payé l’équipement. Le fonctionnement est lui partagé puisque les utilisateurs, quelle que soit leur commune, payent l’entrée. La ville de Saint-Cyr paye seule le déficit mais ce déficit peut être réduit par une fréquentation plus forte de la piscine. Les travaux lourds seront à la charge des seuls Saint-Cyriens, qui se trouvent être de très loin les principaux contributeurs de l’équipement qu’ils utilisent pour 28%.

Une gestion intercommunale, plus efficace et mieux équilibrée

De fait déjà intercommunal par son public, le centre aquatique de Saint-Cyr pourrait être géré au niveau de l’agglomération. Versailles Grand Parc vient d’ailleurs de mettre à jour ses statuts et ses compétences : il est désormais possible de déléguer la construction, l’aménagement, l’entretien et la gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire… ce que notre intercommunalité se refuse à faire.

Nous sommes de nouveau intervenus en conseil municipal pour plaider en faveur de plus d’intégration et de mutualisation. Il nous semble que cette gestion commune de l’ensemble des piscines de notre agglomération pourrait être source d’efficacité, de réduction des coûts et de qualité accrue. Pourquoi ne pas étudier cette piste que d’autres agglomérations ont suivie avec des résultats très positifs ?

Notre déclaration en conseil municipal (séance du 29 juin 2016) :

Je voudrais revenir sur les caractéristiques de notre centre aquatique.
–    C’est un équipement très intéressant pour nos concitoyens, jeunes ou moins jeunes mais avec un coût notable.
–    C’est un équipement dont la gestion est déléguée, en grande partie parce que la collectivité a du mal à se saisir d’un équipement qui suppose des compétences techniques et spécialisées.
–    C’est un équipement qui est, de fait, intercommunal par sa fréquentation : les Saint-Cyriens y sont minoritaires et la proportion de Saint-Cyriens est même en baisse.

Avec la révision de ses statuts, Versailles Grand Parc a désormais pour compétence la « construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire ». VGP refuse pourtant de prendre en charge les piscines pour une raison simple – je cite – : « par ce que c’est compliqué ». D’autres agglomérations, y compris dans les Yvelines, l’ont pourtant fait et les retours sont très positifs.

Il y a là une mutualisation intéressante à réaliser, avec les piscines des autres communes de l’agglomération. Économies d’échelle avec des achats mutualisés, une mise en commun de compétences avec un pôle technique commun qu’une commune seule ne pourrait mettre en place. On peut aussi penser à des astreintes communes ou une gestion commune des absences. Il serait même économiquement possible d’envisager pour Versailles Grand Parc de prendre directement la gestion des équipements, sans passer par une délégation.

Nous pensons que c’est une piste à explorer et nous vous demandons, puisque c’est votre majorité et que vous êtes membre du bureau de VGP, de la porter à l’agglomération.

Nous sommes naturellement disposés à travailler ce dossier avec vous.


À LIRE AUSSI
C’est l’été, la mairie augmente les tarifs de la piscine (6 août 2015)
Que retenir du conseil municipal du 2 juillet 2014 ? (6 juillet 2014), avec la question du partage de la piscine de Saint-Cyr-l’École avec les communes voisines.

 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Responses are currently closed, but you can trackback.