Des élus à votre écoute
Header

Daniel GUERSON: «Pourquoi je quitte le conseil municipal»

juin 13th, 2015 | Posted by admin in Conseil municipal

Daniel GUERSONInvesti de nombreuses années auprès des Saint-Cyriens, au sein ou en dehors du conseil municipal, Daniel GUERSON a annoncé lors du conseil du 11 juin 2015 sa démission de cette assemblée.

Des années au conseil municipal, explique le président du groupe, « j’aurais surtout appris beaucoup sur moi. J’aurais appris que mon envie de travailler pour ma ville ne peut s’accommoder plus longtemps du rôle que l’on nous fait jouer ici. » À tous ceux qui défendaient à ses côtés des valeurs humanistes sur notre ville, l’élu conclut : « Je resterai avec vous, de plus loin, mais je resterai avec vous. »

Daniel GUERSON sera remplacé au conseil municipal par Muriel FRAQUET.

Déclaration de Daniel GUERSON, conseil municipal du 11 juin 2015

Monsieur le Maire,

Effectivement j’ai demandé un espace d’intervention ce soir pour vous annoncer que ce conseil est mon dernier Conseil Municipal.

J’ai, en effet, décidé de mettre fin à cette séquence de représentant politique à partir de ce soir. Et si vous le permettez je souhaiterais vous en donner quelques raisons.

J’ai rejoint la liste de Daniel Ferrenbach en 2000 et je siège en ces lieux depuis 2008. J’ai donc 14 ans de parcours politique Saint-Cyrien et il était temps d’en faire le bilan.

De 28ème sur une liste en 2001 à tête de liste en 2014, j’ai parcouru les différentes marches et ce soir le parcours est fini.

Qu’aurais-je appris de cette aventure ?
– Que dans le monde politique Saint-Cyrien, parce que je veux croire que c’est diffèrent ailleurs, on est capable de brûler en place publique ce qu’on a adoré précédemment. Je vous passerai les différents épisodes « Calo », « Grondin », « De Montbel », « Erasimus », «  Soleki ». C’est aujourd’hui de l’histoire ancienne et elle n’appartient qu’à ceux qui l’ont vécue.
– Que nos approches des différents problèmes de société sont toujours radicalement différentes et qu’à ce jeu s’impose toujours plus ou moins de violence
– Que malgré un discours de façade, la majorité ne souhaite pas « travailler » avec son opposition. Que des fois l’opposition se braque et travaille contre elle-même.
– Qu’au fur et à mesure du temps, la certitude des uns les enferme dans une logique sectaire dont ils n’ont plus conscience. En 2008, certains de vos adjoints d’aujourd’hui m’expliquaient que c’étaient les anciens qui ne voulaient pas travailler avec la gauche. Aujourd’hui, je peux leur dire qu’ils ont pris exactement la place des anciens.

Mais j’aurais surtout appris beaucoup sur moi. J’aurais appris que mon envie de travailler pour ma ville ne peut s’accommoder plus longtemps du rôle que l’on nous fait jouer ici.

Venir une fois tous les 2 mois pour livrer une guerre de tranchée ne me convient pas… même si je l’ai fait encore récemment.

J’avais mis 2 ans, lors de la dernière mandature, à m’apercevoir du rôle de potiche dans lequel on nous cantonnait… j’ai tenu… longtemps… mais c’est fini.

Si je devais donner un dernier exemple, je parlerais de VGP. Mission intéressante que le rôle de Conseiller Communautaire. Hélas, là aussi, aucun partage avec la majorité Saint-Cyrienne depuis le début du mandat. Il a fallu arracher des places en commissions aux forceps mais depuis… rien. Aucun dialogue.

J’aurais aussi appris sur moi que chaque intervention faite en Conseil sur des sujets hautement symboliques : Gestion financière illogique, Foyer Laroche, CAO, Amicale Laïque, était autant de coups de canif reçus et, ma sensibilité ne me permet pas de me détacher de ces joutes de façon tout à fait neutre.

Mais je voudrais finir sur une note optimiste.

J’ai rencontré des gens dans cette assemblée qui m’ont appris des choses. Ils m’ont appris qu’ils y étaient venus faire la même chose que moi avec un parcours politique différent. Les nouveaux élus de droite ne m’en voudront pas, mais je distinguerais particulièrement Danièle Araneder et Gaëtane Desjardins. Nous avons longtemps siégé ensemble en commission scolaire. Les débats y étaient sereins, utiles et instructifs. Je garderais un profond respect pour votre engagement Danièle et Gaëtane, soyez en sûres… même si je vous ai malmené quelques fois l’une et l’autre.

J’évoquerais aussi mon ami Eugène que je retrouve une fois par an avec les enfants du secours populaire. Parcours différents, mais objectifs communs.

J’aurai toujours une pensée pour mon ami Dominique que la maladie a emporté au soir du premier tour de 2014. C’est surement ce soir-là que j’ai pris la conscience du rôle de chacun ici-bas.

À mes camarades de gauche et à ceux qui vont venir derrière moi. J’aurais un message ou deux :
– Continuez à porter ici et dans la ville nos valeurs et nos positions.
– Si d’aventure c’était ma personne qui avait été le catalyseur de ces blocages et que la situation s’éclairait à mon départ, faites votre travail d’élus, travaillez pour la ville et prenez toutes les opportunités qui pourraient vous être offertes.

Je resterai avec vous, de plus loin, mais je resterai avec vous.

Enfin, Monsieur Debain. Dans l’une de nos dernières discussions privées, à l’occasion du décès de votre mère,  vous m’aviez dit : Quand tout cela sera fini, nous parlerons.

Eh bien, à votre disposition quand vous voulez

Daniel GUERSON

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Responses are currently closed, but you can trackback.