Des élus à votre écoute
Header

De l’ambition dans nos relations avec les bailleurs

avril 26th, 2014 | Posted by admin in Logement

Opievoy_1_ATLors du conseil municipal du 22 avril 2014 était présentée une délibération accordant une garantie communale pour un emprunt contracté par l’OPIEVOY pour les travaux de réhabilitation de 540 logements Rue Jean Catelas et Avenue du Colonel Fabien « Résidence Fontaine Saint-Martin ».

L’Office Public de l’Habitat Interdépartemental de l’Essonne, du Val d’Oise et des Yvelines réalisait en 2010 et 2012 (les garanties d’emprunt sont accordées avec décalage par rapport aux travaux) une opération de réhabilitation pour près de 2,9 millions d’euros. Pour le financement de l’opération, l’OPIEVOY demandait à notre commune une garantie d’emprunt sur son prêt principal.

Quelles contreparties pour la commune ? Pour ses habitants ? L’habitude pour les communes d’accorder des garanties d’emprunt conduit trop souvent ces communes à signer sans se poser ces questions. N’est-ce pas au contraire le moment de discuter avec les bailleurs des logements et du cadre de vie des habitants ? De demander des actions et d’obtenir des résultats pour une meilleure qualité de vie des résidents ? « Ne tombons pas dans le manque d’ambition ou la timidité lorsqu’il s’agit de la qualité de vie de nos concitoyens », explique Sébastien DURAND en séance du conseil. « Avec l’octroi des garanties communales d’emprunt, le moment est propice. »

Intervention de Sébastien DURAND en conseil municipal (extrait)

Sur le fond, nous sommes amenés à nous prononcer sur l’octroi d’une garantie pour un prêt de l’Opievoy. Mais mon intervention vaudra bien sûr pour l’octroi de garanties communales en faveur de tous les bailleurs sociaux et, pour ainsi dire, pour nos relations avec eux.

La future convention avec l’Opievoy prévoirait, en faveur de la Commune, un droit réservataire de 20% sur les 540 logements réhabilités, soit 108 appartements. Il s’agit là d’une clause et d’une contrepartie très classique.

Ne tombons pas dans le manque d’ambition ou la timidité lorsqu’il s’agit de la qualité de vie de nos concitoyens. Dans le conventionnement avec l’ensemble des bailleurs sociaux, il nous semble manquer 2 choses.

D’une part, la convention devrait engager le bailleur social à inclure des clauses d’insertion dans ces marchés relatifs aux réhabilitations.

Je rappelle qu’il s’agit de l’un de nos engagements, exprimés durant la campagne des municipales, et nous le défendons. Il s’agit, aussi, d’un engagement de votre part. Nous pensons que c’est le moment de l’acter.

D’autre part, nous devons rappeler notre exigence quant à un entretien pérenne des espaces verts.

En effet, le cadre de vie de nos concitoyens ne saurait se limiter aux murs. Chacun en a fait le constat : Nos quartiers ont souffert de manque d’entretien. La posture consistant à dire « ce n’est pas nous, c’est le bailleur » ne peut plus convenir.

Nos concitoyens attendent des actions. Nous avons été élus pour porter et défendre ces revendications : Nous devons le faire à chaque instant, y compris auprès de nos partenaires que sont les bailleurs sociaux.

Avec l’octroi des garanties communales d’emprunt, le moment est propice.

 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Responses are currently closed, but you can trackback.